4. Et les missionnaires arrivèrent aussi ...

Publié le par Kikounette

L'implantation de la London Missionary Society.

1810-1840 : La tradition orale, recueillie durant la fin du XIXe siècle, ne laisse guère de doute par contre sur le sort funeste réservé à ceux qui ont abordé les côtes de l'île des Pins durant cette période, ce qui permettra au capitaine Eskine de donner cette devise :"All is fish which comes out from the sea ", ce qui veut dire Tout ce qui vient de la mer est poisson (peut être mangé ...).


A partir de 1840, les contacts entre occidentaux et mélanésiens vont se multiplier avec des finalités bien différentes  : L'évangélisation protestante et l'exploitation du bois de santal. Et pour parfaire cela, ce sera les missionnaires, qui involontairement, déclencheront la ruée vers le santal. (mais nous le  verrons dans une autre page ...)

Le Révérend Haweis, fondateur de la LMS, apportera la "bonne nouvelle" aux êtres corrompus qui peuplent les mers du Sud. Les traits qui les caractérisent, peuvent se résumer en un puritanisme sévère et austère, une aversion du catholicisme et une grande méfiance des trafiquants porteurs de "germes de la perversion physique et morale"...

Ce sont les Tongans qui évoquèrent les bienfaits de la nouvelle aux Kunié ainsi que le bienfait du commerce. En concurrence directe avec les pères Maristes, la LMS se doit de les précéder.

le 15 mai 1840, le Camden avec à son bord le Révérend Heath arrive à Gadji, et est abordé par une pirogue double ayant à son bord le chef Tea Toourou Vendegou et ses deux fils. Contacts excellents. Le lendemain ils appareil à la baie de St Vincent. Mais effrayés par le comportement barbare des habitants de la tribu de Wano, la mission fait demi tour.

Le 8 avril 1841, c'est à Maré que la mission essai et le grand chef Yiewene Naisseline qui accepte immédiatement de les prendre en charge et les établit à Netché.

Le 15 avril, le Révérend Murray est accueilli par le grand chef Wathota et la population. C'est la première mission évangélique de la Grande Terre.

Mais tant à l'île des Pins qu'à Maré, la situation va profondément se dégrader par l'arrivée des santaliers. Ces richesses donnent lieu à de nombreux heurts entre santaliers et indigènes. Deux mois après le passage du Camden, les teachers de l'îe des Pins embarquent sur le Star commandé par le Capitaine Ebrill. Bien imprudemment, le Star rejoint Vao début Novembre. Ce retour maléfique des teachers provoque la fureur du chef Tea Toourou, qui attaquera le navir par surprise et massacrera le navire et ses passagers.

L'arrivée des Frères Maristes et ce qu'il en découla ....

Suitte à la nécessité d'une division du vicariat primitif, le Père Colin dans un rapport du  26 mai 1942, préconise  à plus ou moins rève échéance, la création de vicariats dans le Pacifique.

Le 23 août 1842 sera donc créé le vicariat de l'Océanie centrale comprenant Wallis, Futuna, Tonga, Samoa, Fiji et Nouvelle Calédonie. Il sera mit à la disposition de L'évêque Mgr Bataillon, un coadjuteur du nom de Mgr Douarre Guillaume qui sera en charge de la Nouvelle Calédonie.

Il sera créé en 1847 le 13 juillet. Mgr Douarre, encore novice lors de sa nomination, s'avèrera un excellent  missionnaire. Grâce à son courage et à son zèle, le catholicisme et la Société de Marie pourront s'établir en Nouvelle Calédonie.

Le 2& décembre 1843, il débarque à Balade accompagné du Père Viard.

Ce dernier apprend vite le dialecte local et en août 1844, il réussit à réunir quelques catéchumènes. Mais l'année suivante, il rejoindra la Nouvelle Zélande, laissant la mission.

En revenant de France, Mgr Douarre fera du vicariat de la Nouvelle Calédonie, un vicariat indépendant.
Malheureusement, les indigènes poussés par la famine, attaquent la mission fortifiée ou le Père Marmoiton Blaise sera sauvagement tué.

Le Frère Marmoiton, c'est en 1843 qu'il débarque à Balade avec le Frère Taragnat, les Pères Viard et  Rougeyron. Tous firent le voyage en compagnie de l'évêque Guillaume Douarre. Ils vécurent dans le plus grand dénuement. Ils contruirent logements, plantèrent des cultures vivières et commencèrent à évangéliser les tribus avoisinnantes. Pas facile, les indigènes sont canibales et leur coutumes est très vivace encore à cette époque.



En mai 1848, après un essai râté à Ouvéa (île loyauté), le Père Goujon prend pied à Kunié (île des Pins)  Où les Pères de la Grande Terre se joignirent à lui. Les Maristes s'implantèrent avec succé cette fois à l'île des Pins. Cette base servira à l'implantation de l'évangélisation de la Grande Terre. Mais le Chef de Kunié revint sur son accord et massacra la mission suite à une épidémie dont il rendit responsable les missionnaires.

C'est donc à Touaourou (Sud de la Grande Terre) que les Pères rescapés s'enfuir. Seul succés réel de l'implantation mariste, les îles loyautés qui fut immédiat.

Pour son troisième et dernier essai, Mgr Douarre accoste à nouveau Balade en 1851 le 23 mai et rétablit la mission saccagée ainsi qu'à Pouebo. Il meurt deux ans plus tard de fortes fièvres.

En 1853, la Calédonie sera annexée à la France qui garantira la sécurité des missionnaires et l'avenir du catholicisme.

Il est cependant dommage que rien ne soit fait pour la remise en état de l'église missionnaire de Balade. Celle-ci abandonnée depuis fort longtemps, se dégrade très vite.... dans ce texte vous pourrez admirer les vitraux qui parcheminaient ses murs !

 


Publié dans les-chapeaux-de-paille

Commenter cet article